Accueil
Journal de bord Photos Mon Projet
CUSO CyberJeunes Écrivez-moi!


1)      Numéro du poste PVAN/TEM/8845          2) Région : PACIFIQUE

3)      Code budgétaire : n° d’index 890   n° de projet 0909  n° du bailleur de fonds 030        

4)      Sections du plan de programmation régionale (CPP) auxquelles le poste correspond :

Gouvernance  inclusive

5)      Titre du poste  (maximum 40 caractères) :

TECHNICIEN EN INFORMATIQUE ET FORMATEUR

6)      Emplacement du poste : pays  VANUATU  ville la plus proche :  Port-Vila  

 

7)      Emplacement du bureau CUSO responsable sur le terrain : _ Port-Vila  

 

Distance approximative entre le bureau de CUSO et le lieu du poste : 1 km

 

8)      Organisme(s) partenaire(s) : nom et numéro de chaque organisme partenaire de CUSO avec lequel la/le coopérant va travailler
directement
, en commençant par l’organisme hôte
.

 

Nom du 1er partenaire :  Projet d’Organisation des Producteurs Agricoles pour la Commercialisation Associative (POPACA) 

 

9)      Durée du contrat de coopération 5-6 mois Arriver si possible sur le terrain le : 2004/10/01    

 

10)   Faut-il recruter au Canada? Oui X  Non ___ 

 

Si non, a-t-on déjà trouvé une/un candidat que l’on préfère? Non X  Oui, sur le terrain __

 

Oui, au Canada ____  Nom de la/du candidat : _____________________________________

 

11)   La Partie B sera-t-elle présentée plus tard?  Oui ___  Non X   Si oui, quand? ___________

 

12)   Qualifications essentielles de la/du coopérant :

Études/formation spécifique :

 

·   Diplôme universitaire de premier ou 2e cycle en informatique

·   Expérience professionnelle démontrant des capacités équivalentes

 

Connaissance du travail/Compétences professionnelles :

 

§         Une première expérience d’enseignement ou de formation est nécessaire.

§         Une expérience en création de sites Web est un atout.

§         Aptitude manifeste à résoudre des problèmes techniques de base (matériel et logiciels).

 

Expérience pertinente spécifique :

 

·         Réseautique (Windows 98, 00, Me, XP)

·         Office 2000, XP, 2003

·         Web Design

·         Bonne capacité à communiquer

 

Nombre d’années d’expérience pertinente : 2

 

Langue de travail : français/Bislama/anglais Les cours de langue sont-ils fournis? Oui X Non

 

Qualités personnelles (motivation, personnalité, valeurs, attitude, etc.) :

 

Soit capable de travailler sous une supervision minimale

Soit capable de travailler en équipe, de partager l’équipement et les ressources

Soit capable de vivre et travailler dans un contexte culturel différent

 

13)   Qualifications souhaitables (études, habiletés, expérience, qualités personnelles) autres que celles listées ci-dessus :

 

Soit flexible

Soit énergique et enthousiaste

Soit ouverte d’esprit

Ait un intérêt dans les questions de justice sociale

Aime rencontrer de nouvelles personnes

Ait un bon sens de l’humour

Au Vanuatu les gens parlent français ou anglais, en plus du Bislama et de la langue locale. Il importe donc que le coopérant puisse
travailler dans les deux langues officielles.

 

14)   Responsabilités de la/du coopérant (par ordre de priorité) :

 

Évaluer l’équipement existant, les besoins, les contraintes et les connaissances du personnel

Élaborer et donner des séances de formation, sur la base de l’évaluation

Élaborer des lignes directrices pour l’utilisation et la maintenance des ordinateurs

Développer une base de données pour la gestion du projet

Montrer au personnel à utiliser et à maintenir le site Web

 

15)    Plan du poste :

 

Objectifs du poste (énoncer brièvement, en 1 ou 2 phrases) :

 

Montrer aux employés en Agriculture au Vanuatu à mieux se servir des TIC.

Améliore et renforcer l’usage de TIC à Vanuatu.

 

Résultats attendus du poste, et indicateurs afférents

Activités planifiées

Extrants escomptés

Effets escomptés

Impact escompté

Évaluer l’équipement existant, les besoins, les contraintes et les connaissances du personnel, faire rapport = 6 semaines

 

Montrer au personnel à utiliser Windows, MS Office, Internet, base de données, programme de système d’information, mappage; maintenance de base des ordinateurs = 12 semaines (3 sem. par endroit)

 

Élaborer des lignes directrices pour l’utilisation et la maintenance des ordinateurs, en fonction du contexte dans l’île = 1 semaine

 

Concevoir des programmes informatiques selon les besoins du projet (p. ex. gestion et contrôle du fonds de roulement, ou comptabilité, etc.) = en tout 2 semaines

 

Montrer au personnel à utiliser et à maintenir le site Web = 2 semaines au total

 

Offrir toute autre aide à cet égard selon les demandes su directeur du projet = 1 semaine

Équipement inventorié, et le personnel sait se servir des logiciels de base nécessaires.

 

La ligne directrice est établie et en vigueur

 

Le programme est conçu

 

Les formations ont lieu

 

 

Les besoins de formation et les ressources existant dans les 4 endroits sont connues : Port-Vila (Éfaté), Santo, Malekula,  et Tanna

 

Des formations sur mesure sont données aux 4 emplacements.

 

Lignes directrices et programme sont en fonction

 

Le personnel utilise et maintient correctement l’équipement.

Niveau 1 : bagage informatique de base acquis : compréhension générale du fonctionnement de l’ordinateur et des logiciels; compétence en Word et Excel (MS Office), fonctionnement de l’antivirus, Internet (courriel et recherche); connaissance de base en entretien d’ordinateur.

 

Niveau 2 : S’ajoutent aux compétences du niveau 1 le maniement de PowerPoint, Access, et autres programmes (bases de données, programme de système d’information, mappage; comptabilité)

 

Compétence pour le fonctionnement et la maintenance du site Web du projet, pour la maintenance et les réparations mineures aux ordinateurs.

 

Indicateurs d’extrant

Indicateurs d’effet

Indicateurs d’impact

Rapports sur les équipements en place, et sur les besoins, contraintes et connaissances des employés;

Rapport sur les 12 semaines de formation données;

Lignes directrices (sur utilisation et entretien des ordinateurs) sont conformes au contexte de l’île.

 

Base de données pour la gestion et le contrôle du fonds de roulement

 

Le personnel de POPACA et de DARD à Port-Vila est capable d’utiliser et de maintenir le site Web de POPACA

 

Les programmes informatiques spécifiques sont adaptés aux besoins du Projet.

Les trois semaines de formation données dans quatre endroits sont taillées sur mesure selon les besoins et les ressources des endroits

 

Des rapports de consultation (diagnostic, évaluation des résultats, recommandations) sont préparés

 

 

Augmentation du nombre de rapports électroniques par le personnel du DARD

 

Diminution des frais de réparation des ordinateurs

 

Le personnel est capable d’utiliser les ordinateurs, et de manière plus efficace, de les maintenir et de les réparer, il fait fonctionner et maintient le site Web (sessions de formation et lignes directrices).

 

 

Bénéficiaires : nombre et catégorie des groupes et des gens qui vont bénéficier des résultats

Utilisateurs, gens qui vont bénéficier directement des effets attendus du poste :

POPACA : Groupes de petits cultivateurs exploitants, associations des femmes des îles de Éfaté, Tanna, Malekula, Santo, et d’autres emplacement s’il y a lieu.

 

 

Bénéficiaires indirects du poste :

POPACA : Groupes de petits cultivateurs exploitants, associations des femmes des îles de Éfaté, Tanna, Malekula, Santo, et d’autres emplacement s’il y a lieu.

 

 

 

 

 

 

 

 

Hypothèses clés, facteurs de risque :

 

- Le personnel en poste au ministère de l’Agriculture

- Le financement (Cyberjeunes, POPACA, DARD)

 

 

16)   Code de pays  – choisir le code du/des pays dans lesquels vont se produire les principaux bénéfices du poste VU 

 

17)   Code de secteur  – choisir le code qui correspond le mieux au principal secteur de travail dans lequel va œuvrer la/le coopérant
31100 – AGRICULTURE

 

18)   Code(s) de priorité ACDI  – 3 codes de priorité (maximum) correspondant aux effets attendus du poste énoncés au point 15
ci-dessus, avec pourcentages totalisant 100%, indiquant quelle proportion de son temps, environ, la/le coopérant va consacrer à chacun :

202 – L’égalité entre hommes et femmes est l’un des objectifs/résultats (10 %); 102 – Nourriture et nutrition (90 %)

 

19)   Code(s) thématique(s) ACDI – consulter le Tableau des thèmes de l’ACDI, et choisir les codes qui s’appliquent :
105 – Développement des capacités, 103 – Savoir mondial

 

20)   Raison d’être du poste – Décrire brièvement la raison d’être, la pertinence et l’importance stratégique du poste :

 

POPACA est un programme de trois ans qui vise à améliorer les revenus en espèces des petits exploitants, par le biais des activités associatives. Le nombre des personnes ayant un bagage informatique au Vanuatu est très limité.

 

21)   En quoi l’analyse par sexe a-t-elle aidé à la conception de ce poste? Ne s’applique pas

 

22)   Plan pour après le poste (suivi prévu par le partenaire/CUSO pour donner suite aux résultats du poste, ou pour en assurer
la durabilité) :

À être évalué dans le rapport final du coopérant.

 

23)   Implications pour CUSO au Canada – évaluer la possibilité que ce poste aide au partage du savoir, à l’élaboration de politiques,
à la sensibilisation, à d’autres formes de collaboration avec des organisations/réseaux au Canada (ou que ces processus contribuent au poste) :

 

De quelles façons spécifiques CUSO au Canada pourrait-il appuyer les objectifs de ce poste?

 

24)  Politique environnementale/Loi sur les évaluations environnementales :

a)      En élaborant ce plan du poste, de quelle façon ont été considérés :

·         les effets potentiels, directs et indirects, du poste sur l’environnement?

·         les facteurs environnementaux susceptibles d’influer sur la mise en œuvre du plan?

En quoi ces considérations se sont-elles reflétées dans la conception du poste?

N/A

 

b)      Une étude environnementale préliminaire a-t-elle été faite? Oui X_ Non __

c)      La Loi sur les évaluations environnementales exige-t-elle que soit effectuée une étude environnementale de ce poste?  Oui ___  
Non X
 

d)       Date de la fin de l’étude environnementale, si exigée par ladite Loi :________________

 

25)   Conformité avec la législation antiterroriste canadienne : Dans la planification de ce poste, a-t-on respecté toutes les exigences de la politique de CUSO sur la Conformité avec la législation antiterroriste?   Oui X Non __

 

 

Représentant du partenaire qui a approuvé cette description de poste (DP) :

 

Dorosday Kenneth Directeur DARD             Date:    2004/02/20  

 

Responsable de programme de CUSO qui a préparé/approuvé cette DP :

 

Heather Anderson  CPA                                                Date:    2004/02/03  

 

Est-ce une version mise à jour/révisée d’une DP soumise auparavant?  Oui ___   Non X


 

Feuille de données sur l’organisme partenaire

 

(S’il y a un 2e partenaire, remplir une feuille séparée pour chacun des partenaires.)

 

Région PACIFIQUE          Pays VANUATU

 

1.      Coordonnées du partenaire

 

Nom au complet de l’organisme :

 

Projet d’Organisation des Producteurs Agricoles pour la Commercialisation Associative

 

Abréviation ou acronyme habituel, s’il y a lieu :_ POPACA  

 

Adresse postale complète du partenaire :

Projet d’Organisation des Producteurs Agricoles pour la Commercialisation Associative

Ministère de l’Agriculture et du Développement rural (DARD), CP 040, Port-Vila, Vanuatu

 

N° de téléphone  (678) 23052           N° de fax  (678) 28045  

Adresse courriel : pop@vanuatu.com.vu            Adresse du site Web N/A

Nom/titre des personne(s)-contact chez le partenaire

François Jaipot, Chef du POACA

Dorosday Kenneth, Directeur du DARD

 

2.      Description :

 

a)      Type d’organisme (en cocher un) : organisme communautaire ou populaire ___  réseau ___ ONG locale ___ ONG internationale ___  université ___  autre institution non gouvernementale ___  autorités municipales ou communautaires ___  autre agence/service gouvernemental X  agence multilatérale (p. ex. de l’ONU) ___

 

b)      Données historiques sur le partenaire :

       

Année de sa fondation :  2002;  Nombre d’employés payés en ce moment : 8

            Quels sont ses principaux objectifs?

Améliorer les moyens de subsistance des petits exploitants en accroissant leurs revenus en espèces par des activités associatives qui facilitent l’accès au marché ainsi que la promotion de mécanismes d’autofinancement pour atteindre cet objectif.

 

Principaux secteurs de programmation (incluant les axes de sensibilisation, s’il y a lieu) :

 

Le projet POPACA s’articule sur quatre composantes :

1.       L’organisation des producteurs : soutien et renforcement des organismes de producteurs existants, et création de nouveaux organismes par la mise en valeur des potentiels et l’apport d’une assistance technique et financière.

2.       Soutien au DARD et à l’Association des centres de formation du Vanuatu (VARTC) : amélioration de la recherche et de la vulgarisation en agriculture, par la formation et l’assistance technique apportées au DARD et à la VARTC.

3.       Système de commercialisation et d’information : amélioration de l’efficience de la mise en marché ainsi que des possibilités
de commercialisation à l’intérieur et à l’extérieur du pays, par la diffusion d’informations sur la mise en marché et une meilleure organisation des producteurs.

4.       Gestion de projets.

 

Groupes bénéficiaires prioritaires : Groupes de petits exploitants et associations de femmes

 

Réseaux auxquels prend part le partenaire :

 

 

3.      Historique entre CUSO et le partenaire : Année du début de leur collaboration  2003  

Année du premier poste de coopération : 0   Nombre de coopérants postés à ce jour : 0 

 

Secteurs de travail des coopérants antérieurs :  N/A

 

Décrire brièvement tout autre domaine important de collaboration entre CUSO et le partenaire (à part les postes de coopération) :  N/A

 

Plan pour autres postes ou autre forme de collaboration?  À être évalué.

 

 

Partie B : à remplir s’il faut recruter/sélectionner au Canada

 

1)      Numéro du poste (si la Partie A a déjà été présentée): PVAN/TEM/8845

 

2)      Vraisemblance/impact probable d’un retard:

Des problèmes, financiers ou autres, risquent-ils de retarder le poste? Si oui, expliquer.

 

Ce poste est couvert par le budget de CUSO Cyberjeunes. Le financement fourni pour le poste couvre uniquement environ 2/3 de la contribution versée par CUSO et par l’agence partenaire. Afin d’accroître les revenus, le stagiaire est tenu, avant son départ, d’atteindre un objectif de collecte de fonds qui est versé comme un appui général au programme CUSO Cyberjeunes.

 

Un retard dans l’arrivée de la/du coopérant (p. ex. difficultés du recrutement) compromettrait-il la viabilité du poste?

 

Oui, le coopérant devrait arriver avant juillet 2004. Bon nombre d’agences gouvernementales sont fermées pendant la saison des Fêtes en décembre et janvier.

 

3)      Y a-t-il possibilité d’un poste pour un/e conjoint accompagnateur? Oui ___ Non X   Si oui, donner des détails:

 

4)      Information additionnelle sur l’organisme partenaire hôte:

a)        Décrire la structure interne de l’organisme et ses relations avec l’extérieur (ministères et agences du gouvernement, réseaux d’ONG, mouvements sociaux, institutions de financement, partenariats avec le secteur privé) pouvant être pertinentes pour ce poste :

 

Les langues officielles de Vanuatu sont l’anglais et le français. La langue de communication nationale est le bislama, un pidgin à base lexicale anglaise. Une connaissance élémentaire de l’anglais est un atout.

 

Le stagiaire Cyberjeunes étant la seule ressource en TIC de l’organisme partenaire, il doit avoir de l’expérience dans la résolution des questions de matériel informatique, telle que l’installation des lecteurs CD-Rom, et le branchement des câbles.

 

b)        Décrire brièvement la relation entre ce poste et l’ensemble des activités de programmation de l’organisme partenaire.

 

Rendre les employés du Parlement plus compétents en TI (employés et parlementaires).

 

c)        Quelles sont les principales réalisations de l’organisme à ce jour? Quelles sont ses forces et ses faiblesses actuelles?

        Le POPACA :

·      A offert des formations et de l’assistance technique à des groupes de producteurs de plantes racines

·      A établi des terrains de démonstration pour promouvoir les variétés de manioc de bonne qualité

·      A organisé des cours de cuisine locale pour des groupes de femmes

·      A organisé à Luganville des activités de promotion des produits locaux

·      A fait de la sensibilisation dans les écoles sur la nutrition et les aliments locaux.

 

5)      Relations/conditions en milieu de travail:

a)      À qui la/le coopérant va-t-il rendre compte? Va-t-il travailler au sein d’une équipe? Avec une/un homologue? Va-t-il superviser le travail d’autres personnes?

 

Le Greffier du parlement – le superviseur immédiat du coopérant – verra à discuter des plans de travail et à les approuver.
Le
coopérant va avoir deux homologues principaux : la bibliothécaire anglophone et l’électrotechnicien francophone.

 

b)      Les relations sont-elles plutôt hiérarchiques ou horizontales? Plutôt formelles ou informelles? Y a-t-il d’autres étrangers au sein du personnel?
Quelles sont les normes vestimentaires?

 

Les rapports sont hiérarchiques, mais la plupart des interactions sont informelles.

 

Vêtements d’été propres et simples (shorts habillés, pantalons de coton, blouses et chemises à manches courtes et boutonnées, jupes ou robes au genou ou plus longues. Les vêtements sportifs ou trop révélateurs ne conviennent pas).

 

c)      Quelles sont les heures de travail habituelles, et les attentes face aux heures supplémentaires? Des congés/vacances sont-ils prévus?

 

Les heures de travail au gouvernement sont de 7 h 30 à 11 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30. Toutefois le stagiaire doit faire preuve de souplesse en ce qui concerne le temps travaillé.

 

Les stagiaires Cyberjeunes doivent être traités comme tout autre coopérant court terme de CUSO. À cet égard ils n’ont pas de vacances à moins que cela soit prévu par la loi du pays. Toutefois, les stagiaires ont droit aux congés fériés inscrits au calendrier du pays hôte.

 

6)      Ressources disponibles en appui au travail de la/du coopérant ( tels, s’il y a lieu, des fonds pour projet, équipement/fournitures,
matériel de référence, accès courriel/Internet, transport. Mentionner les ressources que la/le coopérant souhaiterait apporter avec lui
):

 

·         Combien y a-t-il d’ordinateurs disponibles? Le gouvernement de la République populaire de Chine a donné 30 ordinateurs au parlement du Vanuatu. Pour quelques bureaux du parlement, il s’agira de leur premier ordinateur.

·         Plate-forme : PC avec logiciels MS Office. La plupart des ordinateurs utilisent Windows et Office XP, il sont en général indépendants, mais nous souhaitons que le coopérant les mette en réseau pour partager et imprimer les fichiers. Lorsque Internet est accessible, il se limite habituellement au courriel par accès commuté.

·         Il y a peu de chances que le stagiaire Cyberjeunes ait un ordinateur toujours à sa disposition, mais il sera possible d’en avoir un au besoin.

 

À Port-Vila le coopérant va vivre à 20 minutes (en autobus) de son lieu de travail.

 

On peut faire de la bicyclette à Port-Vila, on trouve des vélos de qualité raisonnable pour environ 250 $CAN, mais pas de casques de vélos bien qu’il soit très recommandé d’en porter un. La plupart des compagnies aériennes acceptent de transporter une bicyclette, en lieu et place d’un bagage.

 

7)      Autres aspects (liés au travail) du poste dont devrait avoir connaissance la/le candidat ou comité d’entrevue:

 

La langue de communication nationale est le bislama, pidgin a base lexicale anglaise

Les Langues officielle de Vanuatu sont l’anglais et le français.

 

8)      Formation, préparation, soutien sur le terrain:

a)  Plan de formation dans le pays : quel type de formation sur le poste, et sur le lieu du poste, sera-t-il donné au coopérant à son arrivée, et par qui?

 

·         10 heures de cours de bislama

·         Santé – professionnels de la santé à Port-Vila

·         Programme CUSO Vanuatu, politique de CUSO en matière de sécurité – personnel de CUSO

·         Formation à la culture – personnel de CUSO Vanuatu

·         Événements actuels – groupes partenaires de CUSO

·         Formation sur le lieu du poste – personnel de CUSO Vanuatu

·         Formation sur le poste – groupe partenaire et personnel de CUSO Vanuatu

 

b) Préparatifs/ lectures/contacts recommandés avant le départ du Canada? (noter tout rapport, article, sommaire, bibliographie annotée joint à cette DP)

 

·         Site Web de Stan Coombs,

·         Vanuatu Lonely Planet

·         Rapports d’ex-coopérants, disponibles au bureau CUSO d’Ottawa

·         Pidgin Phrasebook - Pidgin Languages of Oceania - Lonely Planet

·         Tok Blong Pacific - disponible au Pacific Peoples’ Partnership, Victoria, BC

·         Magazine mensuel Pacific Islands

·         Magazine d’affaires Pacific Islands

 

c)  Nature et fréquence attendues des communications continues avec le personnel de CUSO sur le terrain:

·      Rapports (a 3 mois et à la fin du placement)

·      Conférence des coopérants, une fois par année.

·      Réunions des commettants (une fois par année ou plus)

·      Autres rencontres des coopérants, sur des problèmes/thèmes spécifiques, sur requête.

 

d) Y a-t-il d’autres coopérants dans la région?

 

e) Quelles sont les possibilités de réseau/rencontre avec d’autres coopérants?

 

En ce moment, il y a 11 autres coopérants CUSO au Vanuatu. Il y a également des volontaires d’autres agences à Luganville
notamment des Peace Corps (ÉUA), de VSO (R.-U.), et de VSA (Nouvelle-Zélande).

 

Les coopérants de CUSO au Vanuatu ont toujours une rencontre en janvier. Vous aurez l’occasion de rencontrer les coopérants en poste à Port-Vila à l’occasion de votre formation dans cette ville.

 

9)      L’allocation de subsistance1 est versée par (cocher un seul): partenaire ___    CUSO X     conjointement par le partenaire et CUSO ___.
L’allocation de subsistance est-elle assujettie à l’impôt sur le revenu dans le pays hôte?  Oui ___  Non X

 

Disposition pour l’habitation de la/du coopérant (cocher un seul): payée par la/le coopérant à même son allocation ___ payée par CUSO
séparément X fournie par le partenaire ___

 

Qui est chargé de l’hébergement?   la/le coopérant ___   CUSO X  le partenaire ___

 

10)   Décrire brièvement les logements disponibles (aspects de sécurité et problèmes potentiels relatifs à la disponibilité/fiabilité de l’eau, de l’électricité et du téléphone) :

 

La plupart des coopérants habitent dans un logement modeste de 2 chambres à coucher, avec électricité(240 volts), l’eau courante, un four au gaz, un réfrigérateur, des armoires, une table, des chaises et un(des) lit(s)

 

Électricité:

 L’électricité est fournie par une seule compagnie et est disponible 24 h par jour à Port-Vila (Éfaté), Luganville (Santo), Norsup (Malicolo) et Lakatoro (Malicolo). Les pannes de courant occasionnelles (plus fréquentes à l’extérieur de Port-Vila) peuvent poser problème pour les appareils électriques (surtout les ordinateurs). 

 

Eau:

L’eau courante est potable à Port-Vila et Luganville.

 

11)   Se rendre au travail – indiquer les moyens de transport et la durée moyenne des déplacements entre le travail et le lieu probable de résidence:

 

À Port-Vila, le coopérant aura 20 min d’autobus à faire pour se rendre à son travail. C’est une ville assez vallonnée et très intéressante pour le vélo de montagne. Un vélo trop peu robuste risque de ne pas convenir en raison des trous fort nombreux. On peut faire de la bicyclette à Port-Vila, on trouve des vélos de qualité raisonnable pour environ 250 $CAN mais pas de casques de vélos bien qu’il soit très recommandé d’en porter un. La plupart des compagnies aériennes acceptent de transporter une bicyclette, en lieu et place d’un bagage.

 

12)   Conditions pour les membres de la famille accompagnateurs – évaluation des problèmes ou risques (santé, éducation, sécurité, habitation, autres) dont la/le coopérant doit être conscient s’il pense emmener avec lui des membres de sa famille. Répondre de façon spécifique, surtout si les conditions sont telles que ce poste n’est pas recommandé pour une famille:

 Ne s’applique pas

 

13)   Renseignements généraux sur l’emplacement du poste (géographie, langue, principales caractéristiques sur le plan social, économique et politique et des droits humains, références pour lecture additionnelle):

 

Port-Vila, la capitale du Vanuatu, qui compte environ 30 000 habitants, se trouve sur l’île d’Éfaté, dans le centre de l’archipel. Elle est située dans un grand havre tout près de deux lagons. Port-Vila est une ville verdoyante et très vallonnée.

           

Les expatriés – principalement des volontaires, des gens d’affaires et des consultants – proviennent surtout d’Australie, de Nouvelle-Zélande et de France, et représentent environ 10% de la population. Il existe aussi une petite communauté asiatique.

 

En plus d’être le centre administratif du pays, Port-Vila est aussi le centre touristique. La femme Ni-Vanuatu, vêtue d’une grande robe plutôt modeste, est souvent vue en train de marcher parmi les touristes vêtues de bikinis. Des bateaux des croisière s’arrêtent à Port-Vila une ou deux fois par mois, et la ville se remplit alors de touristes.

 

Bien qu’à la hausse, avec certains cas isolés de crime violent, le taux de criminalité demeure très faible à Port-Vila. Il s’agit dans la plupart des cas de petits vols tel que des vêtements. La plupart des gens se sentent en sécurité et n’hésitent pas à circuler après le coucher du soleil. Les précautions habituelles, surtout pour les femmes, sont tout de même de mise.

 

Il y a beaucoup de ségrégation entre les différents groupes ethniques et sociaux à Port-Vila. Les expatriés et le Ni-Vanuatu ont tendance à habiter dans différents secteurs de la ville. La plupart des Ni-Vanuatu habitent dans des villages aux environs de la ville.

 

Le climat est semblable à la grandeur de l’archipel. Durant la saison sèche – avril à novembre – le climat est ensoleillé avec des brises le jour, et frais le soir. La saison des pluies – novembre à avril – est très humide, et les averses fréquentes. C’est aussi la saison des cyclones. Pour plus d’information sur les cyclones, consulter le guide des procédures d’urgence.

 

Système politique

Avant l’indépendance, en 1980, le pays connu sous le nom du Condominium des Nouvelles-Hébrides était gouverné conjointement par la France et l’Angleterre qui ont laissé au Vanuatu un système politique et administratif très complexe. Cette complexité est amplifiée par la diversité culturelle et linguistique de Vanuatu.

 

La politique à Vanuatu depuis 1980 est très animée. Après 11 ans de stabilité politique à la suite de l’indépendance se succèdent maintenant les coalitions gouvernementales. La scène politique actuelle se caractérise par de fréquents changements des coalitions et des membres du gouvernement.

 

La corruption est un problème. Cependant, le public est confiant que les partenaires majeurs du gouvernement seront en mesure de stabiliser les choses. Le bureau de l’Ombudsman a été fort occupé au cours des 5 dernières années et il a porté plusieurs problèmes de corruption à l’attention du public; la situation semble s’améliorer.

 

Il y a eu environ ? émeutes en janvier 1998. Un État d’urgence a ensuite été instauré pour environ 1 mois. Les émeutes ont été causées par le public qui réagissait à la mauvaise gestion du fonds de pension par le gouvernement. Il n’y a eu aucun incident de la sorte depuis 2 ans.

 

En août 1998 a été mis en œuvre le Programme global de réformes (CRP) qui vise la restructuration du secteur public et la
promotion du développement du secteur privé. Il y a eu des critiques de la part du secteur non gouvernemental qui sentait que,
même si une réforme s’avérait nécessaire, le CRP a été instauré si rapidement qu’il y a eu très peu de temps pour déterminer la meilleure façon de la mettre en œuvre, et que le tout s’est fait sans consultation publique. La réforme prévoit une diminution du secteur publique, un nouveau plan de santé et d’éducation, et l’établissement d’une taxe de valeur ajoutée (12,5 %). Les principaux bailleurs de fonds qui supportent cette réforme sont la Banque de développement asiatique et AUSAID.

 

Qui sont les principaux acteurs sur la scène du développement?

Hauts Commissariats/Ambassades : Australie, France, Nouvelle-Zélande, Britannique, Espagne, Japon

 

Agence de Financement: AUSAID, DFID (R.-U.), Banque de développement asiatique, Agences des Nation Unies, Union Européenne, New Zealand Overseas Development Assistance, Fonds Canada, agences francophones.

 

Agence de volontaires : Peace Corps (ÉUA), Japanese Overseas Cooperation Volunteers, Volunteer Services Overseas
(R.-U., EUA, Canada), Volunteer Services Abroad (NZ), Australian Volunteers Abroad, Volontaires des
Nations Unies, Volontaires français
de la coopération (CIVI).

 

Géographie

L’archipel de Vanuatu est composé de 82 îles d’origine volcanique et corallienne. Situé à environ 2200 km au nord-ouest de
Sydney en Australie, Vanuatu compte environ 190 000 habitants et deux centres urbains importants : Port-Vila, la capitale, située
sur l’île d’Éfaté, et Luganville sur Santo, la plus grande île du pays; 80 % de la population réside dans les régions rurales.

 

Économie

L’exportation principale du pays est le copra. Le tourisme est en plein développement et est la 2e plus grande source de revenus.
On pratique aussi la coupe du bois et l’élevage du bœuf, principalement sur Santo. Le kava, une racine de poivron qui agit comme
relaxant, est une substance culturelle et récréative appréciée par un grand nombre d’habitants et est devenue une importante
source de revenus.

 

La plupart des Ni-Vanuatu pratiquent l’agriculture de subsistance. Ils produisent la plus grande partie de leurs aliments, et aussi une
petite partie destinée à la vente. Le commerce est difficile en région rurale en raison du manque d’infrastructure et des
mauvaises routes. Les cyclones, qui endommagent les récoltes, les routes, les ponts et les bâtiments, ont un impact majeur sur
l’économie de Vanuatu.

 

Religion

La religion occupe une place importante chez la plupart des Ni-Vanuatu. Environ 40 % de la population est presbytérienne,
16 % catholique, 15 % anglicane et le reste appartient à d’autres églises importantes.

 

Groupe ethnique

Environ 93 % de la population est d’origine mélanésienne, 2 % sont Polynésiens et Micronésiens, 2 % Européens et 1% sont Asiatiques.

 

Culture

Il existe plusieurs différentes cultures à Vanuatu, et il est difficile de les caractériser. Voici certain éléments communs : bien-être
communautaire, le respect des gens se base sur leur engagement dans la communauté ainsi que leur loyauté envers celle-ci.
En région rurale, la richesse se mesure par le stock des biens (quantité de yams ou de cochons) accumulés dans le but de les redistribuer.
La redistribution confère un statut personnel important, et l’amitié entre les groupes est le but ultime de l’accumulation des biens.

 

Langues

Il existe 113 langues distinctes, la plus parlée étant le bislama, le pidgin de Vanuatu, qui est aussi la langue nationale. La plupart des
Ni-Vanuatu parlent au moins 3 langues, leur propre langue natale (une des 113), le bislama, et l’anglais ou le français. L’éducation ce
fait en anglais (60%) ou en français (40%)

 

Situation des droits humains

En comparaison avec plusieurs autres pays, Vanuatu a une assez bonne situation au chapitre des droits. Il y a la liberté de presse ;
e bureau de l’Ombudsman mentionne fréquemment la corruption au sein du gouvernement; la protection policière est juste, dans la
plupart des cas; et la constitution reconnaît le droit coutumier à la terre et au ressources.

 

D’un autre côté, durant l’état d’urgence instauré après les émeutes de 1998, certain cas de violence policière ont été rapportés.
Les salaires qui sont très bas constituent un autre problème, de même que les coûts liés aux biens et services sont élevés.

 

La politique linguistique est problématique pour les francophones du pays. D’après la constitution de Vanuatu, « Un citoyen de
Vanuatu peut obtenir, dans la langue officielle qu’il utilise, les services qu’il peut s’attendre de recevoir de droit par l’administration de
a République de Vanuatu (art. 64.1). » En pratique, jusqu’à présent la consolidation des lois s’est faite seulement en anglais. Donc même
si les lois sont votées en anglais et en français, il est très difficile de les trouver en français à Vanuatu. Aucun avocat ne pratique en f
rançais et les décisions des tribunaux sont publiées uniquement en anglais.

 

Relation avec le Canada

Le Haut Commissariat du Canada le plus près se trouve à Canberra en Australie. CUSO est la seule présence officielle du Canada
au Vanuatu. Il y a quelques autres Canadiens à Vanuatu, qui travaillent dans différents secteurs. Les agences multilatérales
ont la promotion active des organismes canadiens (le Centre universitaire francophone à Port-Vila offre des programmes
universitaire canadiens).

 

14)   Renseignements sur la santé (spécifiques au lieu du poste, pour compléter s’il y a lieu les plus récents
Risques/Recommandations pour la santé
ainsi que le Guide sur le pays.

 

a)  Lister les principaux risques pour la santé susceptibles d’être rencontrés sur les lieux du poste : 

·   Malaria (paludisme) – il y en a au Vanuatu, mais rarement à Port-Vila.

·   Parasites – dans l’eau contaminée. L’eau du robinet est potable à Port-Vila. Dans les régions rurales, les coopérants
devraient seulement boire l’eau qui a bien été purifiée. La meilleure solution est de purifier ou faire bouillir l’eau soit même.

·   Infection de la peau / Irritation : Les ulcères tropicaux sont le problème le plus commun. Ils sont généralement causés par le
grattage des morsures de moustique qui s’infectent ensuite, ou par des plaies non couvertes qui attirent les mouches.

·   Empoisonnement Cigutera (poissons) : Un malaise causé par l’ingestion de poisson de rivage, ou de corail qui est contaminé
par le poison. Le meilleur moyen de prévention est de ne pas manger de poisson ou seulement du poisson qui vit en profondeur
(Poisson poulet, Thon, etc.).

 

SVP VEUILLEZ VOUS RÉFÉRER AU GUIDE DES RISQUE POUR LA SANTÉ pour des information plus détaillées.

 

b)  Établissements de santé (normes générales des soins, clinique/personnel médical le plus proche) :

 

Il y a un hôpital à Luganville et un à Port-Vila, 4 médecins indépendants pratiquent à Port-Vila.
Tout état de santé qui ne peut pas être traité sur place est envoyé vers la Nouvelle-Calédonie, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. 

Il existe aussi des hôpitaux sur certaines îles, notamment Santo et Malicolo. Pour plus de renseignements,
consulter GUIDE DES RISQUES POUR LA SANTÉ.

 

15)   Renseignements généraux sur les conditions de vie et l’adaptation :

a)      climat, aspects culturels et religieux, sécurité, existence/fiabilité de l’eau, du téléphone, de l’électricité,
possibilités de loisirs, présence d’autres étrangers :

 

La plupart des coopérants habitent dans un logement modeste de 2 chambres à coucher, avec électricité
(240 volts), l’eau courante, un four au gaz, un réfrigérateur, des armoires, une table, des chaises et un (des) lit(s).

 

Électricité

 L’électricité est fournie par une seule compagnie et est disponible 24 par jour à Port-Vila (Éfaté), Luganville (Santo),
Norsup (Malicolo) et Lakatoro (Malicolo). Les pannes de courant occasionnelles (plus fréquentes à l’extérieur de Port-Vila)
peuvent causer des problèmes aux appareils électriques (surtout les ordinateurs). 

 

Eau

L’eau courante est potable à Port-Vila et à Luganville.

 

Sports et divertissements

Il existe une grande variété d’activités sportives a Port-Vila et dans les environs. Les sports nautiques sont fantastiques
avec accès facile à la nage, la plongée en apnée et autonome. Un club sportif offre le tennis, le squash, l’haltérophilie,
l’aérobie, le yoga et certains autres sports. Certains centres de villégiature offrent aussi à leurs membres un accès a
 des activités telles que la voile et le golf. Pour les amateurs de danse et de disco, il existe quelque boîtes de nuit ou on
peut danser sur les rythmes techno et hip-hop.

 

Voyage

Les voyages vers les îles se font par avion ou par bateau. L’avion est très dispendieux, mais beaucoup plus fiable que le
bateau qui est moins dispendieux. Sur les îles, on se déplace à pied, en camion ou bien par hors-bord. En raison du coût
de l’essence, les déplacements par camions et hors-bord sont très dispendieux sur les îles. De plus pour se déplacer à
pied dans les zones rurales il faut habituellement être accompagné d’un guide. Les frais liés aux guides varie en fonction
de la difficulté du trajet, de sa durée, et de la charge de bagages.

 

b)      aliments disponibles sur place, autres biens de consommation de première nécessité, conseils sur quoi apporter et ne pas apporter :

 

Nourriture et magasinage

Port-Vila a  un bon choix de magasins; de bons supermarchés avec une grande variété de biens (la plupart des choses que
l’on trouve au Canada), un marché local qui offre des fruit et des légume frais. Il y a quelques magasins où on peut se
procurer des vêtements, des appareils électroniques, des fournitures de bureau. De plus en plus de bon restaurants et des
services de traiteur, pour répondre a la demande croissante de l’industrie touristique. La plupart des biens sont un peu plus
dispendieux que ceux au Canada.

 

Sports et divertissement

Il existe une grande variété d’activités sportives a Port-Vila et dans les environs. Les sports nautiques sont fantastiques
avec accès facile à la nage, la plongée en apnée et autonome. Un club sportif offre le tennis, le squash, l’haltérophilie,
l’aérobie, le yoga et certains autres sports. Certains centres de villégiature offrent aussi à leurs membres un accès a des
 activités telles que la voile et le golf. Pour les amateurs de danse et de disco, il existe quelque boîtes de nuit ou on peut
danser sur les rythmes techno et hip-hop.

 

Voyage

Les voyages vers les îles se font par avion ou par bateau. L’avion est très dispendieux, mais beaucoup plus fiable que le
bateau qui est moins dispendieux. Sur les îles, on se déplace à pied, en camion ou bien par hors-bord. En raison du coût de
l’essence, les déplacements par camions et hors-bord sont très dispendieux sur les îles. De plus pour se déplacer à pied
dans les zones rurales il faut habituellement être accompagné d’un guide. Les frais liés aux guides varie en fonction de
la difficulté du trajet, de sa durée, et de la charge de bagages.

Les légumes locaux : Le choux des îles, plantes à tubercules (yam, taro, manioc, kumala), aubergine, citrouille, haricot, oignon)
et bien d’autres.

Les fruits locaux : orange, pamplemousse, noix de coco, pastèque, ananas, mangue, papaye, fruit de la passion, banane, avocat, tomates.

Le coût de la vie est relativement élevé par rapport au standard Canadien. L’allocation mensuelle est équivalente à environ
$10 000 par an. L’allocation permet de subvenir a tous les besoins fondamentaux d’une vie saine tel que la nourriture, les vêtements,
le transport et certains loisirs.

Le site est optimisé pour Mozilla Firefox
Get Firefox